Analyses & Etudes

[Corée Affaires 111] Forte hausse des importations coréennes en France

Evolution du commerce bilatéral franco-coréen

En 2021, le commerce bilatéral franco-coréen a progressé de 22 % à 10,4 Md€, dépassant donc pour la première fois la barre des 10 Md€.

Cette hausse s’explique par une augmentation de 50 % des importations à 5,7 Md€, portées par des achats très dynamiques d’automobiles, de navires et de produits pétroliers raffinés. Les exportations françaises sont stables à 4,8 Md€, pénalisées par une absence de vente aéronautique. Ce secteur exclu, les exportations françaises progressent de 12 %, grâce notamment à la maroquinerie, aux pièces détachées automobiles et aux produits pharmaceutiques. Pour la première fois depuis 2011, la France enregistre un déficit commercial bilatéral de 840 M€. 

Hors secteur aéronautique, les exportations françaises sont en forte reprise

Les exportations françaises restent stables à 4,8 Md€ (-0,3 % par rapport à 2020) et demeurent inférieures de 8 % par rapport à 2019, qui était une année record. Si les ventes aéronautiques s’effondrent (- 86 % à 90 M€), ce poste faisant baisser à lui tout seul les exportations françaises de 12 points de pourcentage, les autres postes d’exportation ont fait preuve d’un dynamisme marqué.

En 2021, les ventes de matériels de transport ont été divisées par deux à 450 M€, pénalisées par une absence de livraison d’avion et de mauvaises ventes automobiles (-23 % à 130 M€) et cela en dépit du quasi doublement des ventes de pièces détachées automobiles à 230 M€. Les ventes d’équipements mécaniques, matériels électriques, électroniques et informatiques sont en baisse de 5 % à 1,2 Md€ mais demeurent le premier secteur d’exportation. Les ventes de machines industrielles et agricoles diminuent de 18 % à 500 M€ et celles de semi-conducteurs de 11% à 200 M€, tandis que celles de matériels électriques sont en hausse de 34 % à 315 M€.

Le secteur des produits chimiques, parfums et cosmétiques est en hausse de 15 % à 1,0 Md€, porté principalement par les parfums et cosmétiques (+23 % à 400 M€). Les ventes de produits textiles et de maroquinerie sont également en hausse de 27 % à 600 M€. La progression de ces deux secteurs témoigne de la vitalité des industries françaises du luxe dans le pays, dans un contexte de limitation des voyages touristiques à l’étranger. L’agroalimentaire voit ses ventes augmenter de près de 20 % à 540 M€, en raison du dynamisme des ventes des boissons alcoolisées (+51 % à 190 M€), solidifiant la place de la France comme 1er fournisseur de vin pour la Corée en valeur mais aussi des produits laitiers (+ 20 % à 130 M€). Enfin, les ventes de produits pharmaceutiques augmentent de 34 % à 290 M€, une progression notable alors que ces dernières avoisinaient les 200 M€ au cours des quatre dernières années.

La Corée était en 2021 le 18ème débouché pour les exportations françaises, derrière le Portugal et devant la République Tchèque (contre 17ème en 2020). Elle était le 6ème marché pour les exportations françaises en Asie derrière la Chine, Singapour, le Japon, l’Inde et Hong Kong. Selon les Douanes coréennes, la Corée a importé pour 6,6 Md$ de produits français en 2021, faisant de la France le 21ème fournisseur de la Corée et le 4ème fournisseur européen derrière l’Allemagne (22 Md$), les Pays-Bas (9,2 Md$) et l’Italie (8,0 Md$) et devant le Royaume-Uni (5,8 Md$).

 

Explosion des ventes d’automobiles et de navires coréens en France

Les importations françaises en provenance de Corée ont bondi de 50 % en 2021 à 5,7 Md€, dépassant pour la première fois la barre symbolique des 5 Md€, portées par des achats très dynamiques d’automobiles, de navires et de produits pétroliers raffinés et pharmaceutiques.

Les importations de matériels de transport ont progressé de 80 % à 2,1 Md€. Le montant des achats de navires a été multiplié par près de 4, passant de 170 M€ à 640 M€, en raison de livraisons importantes de porte-conteneurs propulsés au gaz naturel liquide (GNL), une spécialité des chantiers navals coréens. Les importations d’automobiles coréennes sont en hausse de 51 % à 1,3 Md€. Les ventes du groupe Hyundai (qui comprend les marques Hyundai et Kia) ont fortement augmenté en 2021, les deux entreprises ayant acquis une part de marché combinée de 5,2 % en 2021, contre 4,5 % en 2020, bénéficiant de leur positionnement sur les segments de l’hybride rechargeable et de l’électrique et d’un impact moindre des pénuries de semi-conducteurs. Les ventes de produits pétroliers raffinés, pour l’essentiel du kérosène, ont bondi de 160 % à 400 M€, avec le doublement des volumes livrés ainsi qu’une hausse des prix, tout en demeurant inférieures au niveau record de 2019. Enfin, les ventes de produits pharmaceutiques ont augmenté de 63 % à 400 M€, et même de 204 % par rapport à 2019, notamment en raison d’importants achats de produits utilisés dans la lutte contre le Covid.

Le secteur des équipements mécaniques, matériels électriques, électroniques et informatiques, deuxième en importance, voit ses importations progresser de 25 % à 1,6 Md€, portées par d’importants achats de téléphones à 210 M€ (+ 120 %), de semi-conducteurs à 250 M€ (+ 30 %) et dans une moindre mesure de matériels électriques à 310 M€ (+11 %). Enfin, le secteur des produits chimiques, parfums et cosmétiques, voit ses importations croître de 35 % à 500 M€ dont 300 M€ pour les seuls produits chimiques de base (+ 60 %).

La Corée se classait en 2021 comme le 21ème pays fournisseur de la France, contre 26ème en 2020 et 30ème en 2019, devant le Vietnam et derrière le Maroc, et le 4ème en Asie derrière la Chine, le Japon et l’Inde. Les Douanes coréennes ont enregistré 4,6 Md$ d’exportations vers la France, classant la France comme son 24ème débouché mondial (contre 27ème en 2020), et le 6ème européen derrière l’Allemagne, (11,3 Md$), la Pologne (6,6 Md$), le Royaume-Uni (6,0 Md$), les Pays-Bas (5,8 Md$) et l’Italie (4,6 Md$).

 

Pour la première fois depuis 2011, la Corée enregistre un excédent bilatéral avec la France

L’année 2021 est une année record pour le volume des échanges bilatéraux, ayant atteint 10,5 Md€. Pour la première fois depuis 2011, année de l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange entre l’Union Européenne et la Corée, la Corée a enregistré un excédent commercial vis-à-vis de la France en 2021. De l’ordre de 840 M€, il fait suite à un déficit de 1,0 Md€ en 2020 mais doit se comprendre dans un contexte général de détérioration de la balance commerciale française. En 2021, les exportations françaises ayant progressé de 17 %, celles-ci rattrapent quasiment leur niveau pré-crise (99% du niveau de 2019) alors que les importations, qui ont augmenté de 19 %, l’ont déjà dépassé (103% du niveau de 2019). Cela se traduit par une dégradation du déficit commercial de la France de près de 20 Md€ en lien avec la hausse de la facture énergétique (43 Md€ après 25 Md€ en 2020). La majorité des secteurs traditionnellement excédentaires voient leur solde s’améliorer par rapport à 2020 (chimie et cosmétiques, agroalimentaire…), tandis que l’aéronautique est le secteur accusant la plus faible dynamique de rattrapage et que le déficit commercial du secteur automobile s’est creusé, en lien notamment avec les tensions sur les chaînes d’approvisionnement.

Liens utiles

Retrouvez le e-book complet ici

Nos autres articles

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin