Actualités  •  COVID-19  •  Actus des entreprises

Témoignages d'entreprises face à Covid-19

 

 

La Protection des employés et solidarité en temps de Covid-19

La branche coréenne du groupe dédié aux métiers de la beauté, L’Oréal, témoigne sur leurs actions de solidarité et de prévention sanitaire pour les employés.

 

Face à la pandémie inattendue de Covid-19 qui a terrifié le monde, L’Oréal a placé en priorité la protection de la santé et de la sécurité de ses employés.

En tant que leader mondial de la beauté, nous croyons fermement que c'est notre responsabilité ainsi qu'une condition préalable à une entreprise durable envers nos 2000 employés, qui s'acquittent pleinement de leurs responsabilités dans les différents domaines de notre entreprise : le personnel des grands magasins, les vendeurs en salons de coiffure, les employés des centres de distribution responsables de l'emballage et du transport des produits, etc…

À cet égard, L'Oréal Corée a formé une équipe d'intervention interne Covid-19 pour évaluer quotidiennement l'évolution de la situation et partager de manière proactive les mesures de prévention avec ses employés. Nous avons mis en œuvre des heures de travail raccourcies pour les employés de magasin, ainsi qu’une politique de travail à domicile et d’horaires flexibles pour les employés de bureau.

Par ailleurs, nous avons proposé plusieurs programmes de formation en ligne en collaboration avec des intervenants internes et externes de divers domaines afin de garantir que les employés s’adaptent à ce nouvel environnement de travail et montent en compétence.

Dans le même temps, le groupe L'Oréal a fait don de 200 millions de won à la Croix-Rouge coréenne via sa filiale locale et Stylenanda début mars, afin de fournir une aide à l’échelle nationale à nos concitoyens dans le besoin urgent de secours. Des marques individuelles sous l’égide de L'Oréal Corée ont également fait don de marchandises pour aider la Corée à surmonter les difficultés. Par exemple, La Roche-Posay a fourni plus de 900 produits au personnel médical de Daegu, Gyeonggi-do et Séoul. L'équipe L'Oréal Professional Paris a donné des désinfectants pour les mains à environ 1 500 salons de coiffure à travers le pays.

L'Oréal croit fermement qu'une crise peut être surmontée en combinant ses forces dans un esprit de solidarité.

 


 

La diversification de la stratégie commerciale est un élément décisif

Romuald Pieters, PDG de France Gourmet, producteur de charcuterie artisanale, nous partage son expérience sur l’importance de l’agilité de sa stratégie commerciale.

 

France Gourmet voit son activité progresser dans ce contexte de crise sanitaire mondiale sans précédent, et c’est une surprise. Ce n’est pas que nous avons anticipé la crise, très peu de sociétés et même de décideurs se sont préparés à l’ampleur de ce cataclysme sanitaire. C’est peut-être parce que nous avions connu la crise, du moins les difficultés auparavant.

Quand nous avons lancé cette société, la charcuterie artisanale encore était inconnue en Corée. Nous étions au niveau d’un embryon de marché de niche. Nous avons donc exploré toutes les solutions commerciales possibles pour rester debout : vente par notre site web, par d’autres sites d’e-commerce, par des revendeurs physiques, vente à des hôtels, restaurants et bar à vin, développement du service traiteur, revente de produits fromagers français et locaux. Nous avons dû diversifier car les volumes par canal de distribution n’étaient pas assez importants sans un marketing conséquent.

Ces circuits de commercialisation variés se sont construits naturellement mais cela ressemble au principe de sécurité bien connu des investisseurs, celui de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Au plus fort de la crise, le service traiteur s’est retrouvé au point mort et les hôtels et restaurants sous les 50% de leur activité courante. Cependant, la vente par e-commerce, surtout via des sites comme Coupang ou Market Kurly, a nettement augmenté. C’est ce qui nous a sauvé et heureusement car en tant que TPE, notre réserve en trésorerie est faible, et cette crise aurait pu nous être fatale.

Paradoxalement, nous nous préparions à une autre crise, très menaçante pour notre secteur : un autre virus, la peste porcine africaine. Cette maladie, non transmissible à l’homme, continue de progresser en Asie et en Europe. Elle pourrait nous toucher de plein fouet en cas de hausse importante du prix du porc et de difficulté d’approvisionnement. Nous nous efforçons d’anticiper son impact potentiel en diversifiant encore une fois nos activités. Nous cherchons de nouveaux produits à commercialiser et une nouvelle entité spécifiquement dédiée au service traiteur vient d’être créé, la société France Catering.

 


 

L’usage des outils numériques par les entreprises évolue face à la crise

Enzo Gian, co-fondateur de Le Wagon en Corée, start-up de formation en développement web, nous parle de l’évolution de leurs méthodes pédagogiques face à la crise.

 

Le Wagon est une école de code créée en France il y a 6 ans, présente depuis quelques mois en Corée. Nous offrons des formations intensives de 9 semaines pour apprendre le développement web. Initialement prévue pour Mars, nous avons été contraints de repousser notre date de lancement et n’avons pu débuter notre première formation qu’au début du mois d’avril.

L'épidémie nous a durement impacté. Nous avons perdu un certain nombre de clients et d'élèves dès le mois de février. Comme la plupart des entreprises, il nous a été très difficile d’anticiper cette crise et son développement si soudain en Corée, cependant nous avons compris qu’il fallait à s’adapter le plus rapidement possible.

Nous avons donc pris la décision de démarrer nos formations en ligne. Cela n’a pas été facile, car notre philosophie repose sur la présence de l'équipe pédagogique et des élèves sur un même site. Cela permet de mettre l’accent sur l’importance de l’interaction pour faciliter l’apprentissage de notions complexes liées au développement informatique.

C’est au niveau mondial que cette gestion de crise s’est organisée, impliquant l’ensemble des campus du réseau Le Wagon dans 24 pays. L’ensemble du contenu pédagogique de nos formations étant par défaut disponible en ligne pour nos élèves sur notre propre plateforme dédiée, le principal défi était de trouver des façons de maintenir au centre de la formation les notions d'entraide et d'accompagnement en continu qui nous sont propres. L’utilisation de différents logiciels comme Zoom, Slack, TeamViewer ou Floobits nous a permis de maintenir une communication fluide auprès des élèves, comme nous le faisons en temps normal dans nos locaux. Les appels vidéo, le partage d'écran et même le contrôle d’ordinateur à distance nous ont été très utiles.

Notre prochaine formation est prévue pour Juillet 2020 et nous espérons pouvoir accueillir des participants venus des quatre coins du monde désireux de découvrir le pays du matin calme tout en apprenant à coder !

 


 

Le Covid-19 interroge les entreprises sur la cybersécurité

Marc de Supervielle & Julien Provenzano, Associés RALF KAIROS (www.ralfkairos.com), nous partagent leur expérience de Covid-19 relative aux enjeux de cybersécurité.

 

Notre activité est liée aux évolutions des menaces et des réglementations autour du système d’information (SI). Dans le contexte du Covid-19, on a vu arriver une génération de nouvelles attaques, virus et compromissions, profitant de la désorganisation d’entreprises privées du cours normal de leurs activités ou interdites de fonctionnement. Une seconde source d’attaques est liée aux flux financiers dans le domaine des dépenses médicales attirant la convoitise des pirates.

Nous avons été invités à rejoindre la « Covid-19 Cyber Threat Coalition », groupe mondial de plusieurs milliers de professionnels de la sécurité afin de partager les Indices de Compromissions (IoC) concernant l’ensemble des sites et menaces autour du Covid-19[1].

Nous avons profité de cette crise pour développer de nouvelles solutions comme NamiSEC, tableau de bord intégré et prédictif du CISO[2]. En s’appuyant sur des technologies déceptives (leurre), NamiSEC détecte les menaces entrantes et sortantes. Solution SaaS, elle fournit au top management des indicateurs sécurité de l’entreprise incluant les actifs informationnels du cloud. Le projet NamiSEC est en cours d’évaluation par le Seoul Metropolitan Gouvernment.

La sortie de crise ne signifie pas la fin des APT[3]. On peut s’attendre à l’émergence de menaces que les entreprises doivent maintenant anticiper, ce qu’on appelle « Post-Corona Cyber Security posture ». La cybersécurité, souvent considérée comme non-critique, aura à faire plus avec moins de moyens dans un environnement économique dégradé. Nous comptons ouvrir des débats auprès de notre communauté d’entreprises dans les prochaines semaines : par exemple la vulnérabilité d’obsolescenceIT suite au report de projets.

Nous restons confiants que la reprise d’activités se fera dans un environnement plus mature et plus soucieux du SI. Nous l’évoquerons à l’occasion de notre webinar.

 

 

[1] https://www.cyberthreatcoalition.org/

[2] CISO : Chief Information Security Officer, Responsable de la Sécurité du SI.

[3] Les  Advanced Persistant Threats : menaces persistantes

 


 

Assurer la continuité des activités grâce à un plan de gestion systématique

Renault Samsung Motors partage avec Corée Affaires son expérience sur la nécessité d’une stratégie complète contre Covid-19.

 

Depuis le premier cas confirmé en Corée en janvier, RSM a fait de la surveillance active et des contre-mesures à l'échelle de l'entreprise sa priorité, pour que chacun puisse être engagé contre la propagation de Covid-19. Notre principe d’action était d’assurer la continuité des affaires et protéger la santé des clients et des employés, en respectant les directives gouvernementales, en adoptant une approche progressive et en communiquant constamment.

Au début de la pandémie, les règles d'hygiène personnelle et le port de masques ont été soulignés. L’utilisation des espaces communs tels que les bureaux ouverts a été restreint. Des caméras thermiques ont été placées à l'entrée des bâtiments et une partition des places a été installée dans les restaurants. Grâce à ces mesures, tous les sites de RSM ont continué de fonctionner normalement sans cas confirmé.

En anticipation d’une pandémie prolongée, RSM a mis en place une « tour de contrôle » pour coordonner les équipes sur le terrain afin de permettre une prise de décision et mise en œuvre immédiate. Un scénario d'urgence a été préparé pour établir un plan de réponse systématique, par exemple pour tracer les cas suspects, en respectant strictement la loi coréenne sur la protection des données personnelles. La participation volontaire des employés est importante. Ainsi, nous avons introduit un comité temporaire entre managers et employés pour s'assurer que tous participent sous le slogan « Vaincre Ensemble ». Une communication constante a également été mise en place, telle qu’une une ligne d'urgence sur l'application Kakao.

L’entreprise a également adapté la poursuite de ses activités. Début mars, nous avons lancé le SUV premium « XM3 ». Environ 24% des précontrats a été réalisé en ligne. Ce système, créé pour la première fois dans l'industrie automobile nationale en 2016, est un exemple réussi d'utilisation du système de vente à distance.

À l'avenir, cette crise sanitaire aura un impact sur nos processus opérationnels. Nous avons réaffirmé les responsabilités de chaque équipe, testé plusieurs pratiques et constaté l'importance de la collaboration.

 

Evénements

Aucun événement ne correspond à votre recherche

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin